réchauffer

réchauffer [ reʃofe ] v. tr. <conjug. : 1>
reschaufer 1190; de re- et échauffer
1Chauffer (ce qui s'est refroidi). Réchauffer un potage, un plat. réchauffé. Le soleil réchauffera cette eau. attiédir. Prenez un verre, ça vous réchauffera. « Avec son haleine Il se réchauffe les doigts » (La Fontaine). Fig. Réchauffer un serpent dans son sein. Intrans. Faire réchauffer des légumes. Absolt Une marche, ça réchauffe !
2 ♦ SE RÉCHAUFFER v. pron. Redonner de la chaleur à son corps. Courir pour se réchauffer. Devenir plus chaud. La température se réchauffe.
(Pass.) Pouvoir être réchauffé (plat). Les purées ne se réchauffent pas.
3Ranimer (les esprits, les cœurs, les sentiments). Cela réchauffe le cœur. réconforter. « Elle comprit que son devoir était de réchauffer le zèle de ce chrétien si tiède » (Larbaud). ranimer.
4(1740) Hortic. Réchauffer les couches, avec du fumier chaud ( réchaud, II) . Réchauffer les vergers avec des braseros.
⊗ CONTR. Refroidir. Amortir.

réchauffer verbe transitif (de échauffer) Chauffer, rendre chaud ou plus chaud ce qui s'est refroidi : Réchauffer un potage. Le soleil commence à réchauffer l'atmosphère. Redonner de la chaleur, faire disparaître la sensation de froid : Battre des mains pour les réchauffer. Donner une ambiance plus chaleureuse à quelque chose, un lieu : Des tentures rouges réchauffaient la pièce. Ranimer un sentiment, lui redonner de la force : Réchauffer l'ardeur des troupes. Donner un ton plus chaud à une peinture. ● réchauffer (expressions) verbe transitif (de échauffer) Réchauffer le cœur de quelqu'un, le réconforter. ● réchauffer (synonymes) verbe transitif (de échauffer) Donner une ambiance plus chaleureuse à quelque chose, un lieu
Contraires :
- réfrigérer
Ranimer un sentiment, lui redonner de la force
Synonymes :
- réveiller
Contraires :
- éteindre
- étouffer
réchauffer verbe intransitif Devenir chaud ou plus chaud : Faire réchauffer un plat au bain-marie.réchauffer (synonymes) verbe intransitif Devenir chaud ou plus chaud
Synonymes :
Contraires :
- rafraîchir

réchauffer
v. tr.
d1./d Chauffer (ce qui était froid ou refroidi). Réchauffer le dîner.
d2./d Fig. Ranimer, rendre plus chaleureux. Plaisanteries qui réchauffent l'atmosphère.
d3./d Redonner de la chaleur au corps de (qqn). Une tasse de thé vous réchauffera.
|| v. Pron. Il court pour se réchauffer.
|| Fig. Réconforter. Des paroles qui réchauffent le coeur.
d4./d Loc. (Québec) Réchauffer le café de qqn, emplir de nouveau sa tasse de café (au restaurant).

⇒RÉCHAUFFER, verbe trans.
A. — Chauffer ce qui est refroidi ou froid, rendre chaud, plus chaud, procurer à nouveau de la chaleur.
1. [Le compl. d'obj. dir. désigne une chose concr., en partic. un aliment] J'essayai, dans cette froide nuit, de réchauffer son cataplasme, de rallumer le feu (MICHELET, Journal, 1842, p. 376). Philomène, dit-il, vous pouvez maintenant faire réchauffer la soupe (R. BAZIN, Blé, 1907, p. 185).
Empl. pronom. Devenir, redevenir chaud. Son feu brille, copeaux ardents qui se tordent en brûlant, devant lesquels sa soupe et son rata se réchauffent (PESQUIDOUX, Chez nous, 1923, p. 152). Je le sentais [mon revolver] contre ma cuisse, tout froid. Mais peu à peu il se réchauffait au contact de mon corps (SARTRE, Mur, 1939, p. 73).
Empl. intrans. [Le suj. désigne un aliment] Devenir, redevenir chaud. Nous prîmes encore un petit café qui réchauffait sur le poêlon (CÉLINE, Voyage, 1932, p. 432).
HORTIC. [Le compl. désigne un sol, en partic. une couche] ,,Mettre du fumier frais sous une couche de terre pour y provoquer une légère élévation de la température par fermentation, et favoriser ainsi la germination des plantes`` (FÉN. 1970).
2. [Le compl. d'obj. dir. désigne un lieu, un inanimé relatif à l'environnement extérieur] Réchauffer l'air, la terre. Le ciel était pur et le soleil, quoique sans nuages, ne réchauffait pas l'atmosphère (MAINE DE BIRAN, Journal, 1814, p. 21). Je t'écris mal, les doigts gelés dans un grand salon que réchauffe mal un feu de campagne (GIDE, Corresp. [avec Valéry], 1891, p. 134).
Empl. pronom. Reprendre de la chaleur, devenir plus chaud. Le temps se réchauffe. L'air devient plus chaud (...), l'Europe occidentale se réchauffe (FAURE, Hist. art, 1909, p. 30). Ce matin l'air s'est un peu réchauffé (GIDE, Retour Tchad, 1928, p. 888).
3. [Le compl. d'obj. dir. désigne une pers., un animal, une partie du corps (avec, parfois, un aspect de chaleur humaine, de réconfort, d'amour)] Réchauffer le corps, le sang; réchauffer ses mains, ses membres. Le soleil et la marche l'avaient [Jeanne] un peu réchauffée (MAUPASS., Une Vie, 1883, p. 249). Il prit dans ses mains les pieds d'Anna, d'un froid de glace, il les réchauffa avec ses mains, avec sa bouche (ROLLAND, J.-Chr., Buisson ard., 1911, p. 1399).
[Le compl. d'obj. dir. n'est pas exprimé] Ayant bu une gorgée de rhum brûlant, il remercia: — Ça réchauffe (DORGELÈS, Croix de bois, 1919, p. 274).
Réchauffer qqn/qqc. à/de qqc. Ma mère (...) tenait le serin entre ses doigts, pour le réchauffer de son haleine (LAUTRÉAM., Chants Maldoror, 1869, p. 343). Elle mangeait là, tandis qu'elle nourrissait son enfant ou le réchauffait à la flamme (PESQUIDOUX, Livre raison, 1928, p. 160).
Empl. pronom.
réfl. [Le suj. désigne une pers. ou un animal (avec, parfois, un aspect d'amour, de réconfort)] Redonner de la chaleur à son corps, se procurer de nouveau de la chaleur. Se réchauffer en marchant. Nous voyons dans le troisième livre des Rois, que David couchait avec de jolies filles pour se réchauffer et se redonner un peu de force (CABANIS, Rapp. phys. et mor., t. 2, 1808, p. 341). Un frisson l'agitait sans cesse; pourtant il finit par se réchauffer, et s'endormit (GREEN, Moïra, 1950, p. 229). Se réchauffer à/de qqc. Se réchauffer à la chaleur de qqn, de qqc.; se réchauffer au soleil. La vieille femme (...) se réchauffait de couvertures et fichus de laine (MALÈGUE, Augustin, t. 2, 1933, p. 308).
indir. Se réchauffer qqc. Donner, redonner de la chaleur à une partie de son corps. On use aussi, pour se réchauffer les mains quand on est lié par des occupations sédentaires, de chauffe-mains (FARAL, Vie temps st Louis, 1942, p. 161).
réciproque. Se réchauffer (avec qqc.). [Les cerfs] se réchauffaient avec leurs haleines que l'on voyait fumer dans le brouillard (FLAUB., St Julien l'Hospitalier, 1877, p. 95).
Loc. fig., vieilli. Réchauffer un serpent dans son sein.
B. — Au fig.
1. a) Domaine des sens, de l'esthét. Redonner de l'intensité, de la vie, de la chaleur humaine (à quelque chose); rendre (quelque chose) plus chaleureux. Un objet laid est un objet laid. Il ne réchauffe rien du tout! (CHARDONNE, Épithal., 1921, p. 181). Un sourire réchauffa ses yeux inquisiteurs (BEAUVOIR, Mandarins, 1954, p. 37).
Empl. pronom. Devenir plus chaleureux:
1. Le regard (...) m'a déconcerté. C'est (...) un regard frais, froid, légèrement ironique. Par bonheur, et sans qu'il soit possible de savoir pourquoi, ce regard se réchauffe parfois et le professeur fait alors un sourire de séduction...
DUHAMEL, Maîtres, 1937, p. 61.
b) En partic. Aviver, raviver une couleur; donner, redonner un ton plus chaud à une couleur, à un ensemble dans un tableau. Une harmonie parfaite de tons gris, bleus, bruns, verts, orangés et blancs réchauffés par un peu de jaune (BAUDEL., Salon, 1846, p. 107). Sur le fond sombre que rompent les blancheurs froides des draps, (...) que réchauffent les tons dorés de l'épaule (SÉAILLES, E. Carrière, 1911, p. 81).
2. a) Donner, redonner de la chaleur humaine, du réconfort à une personne, à certains de ses attributs; animer quelqu'un de sentiments chaleureux; encourager quelqu'un, le stimuler dans une voie déterminée. Réchauffer l'âme, le cœur de qqn, l'existence de qqn. C'étaient d'interminables discussions politiques; et, chose bizarre (...) c'était le père qui cherchait à éclairer (...), à réchauffer le fils, petit jeune homme déjà sceptique et embêté (RENARD, Journal, 1887, p. 9):
2. Et alors, des profondeurs de son être (...), monta un sentiment nouveau, bizarre, qui n'était plus seulement de curiosité froide et d'amour-propre, mais qui l'adoucissait, qui le réchauffait inexplicablement et l'animait d'une émotion d'adolescent.
ROY, Bonheur occas., 1945, p. 45.
[Le compl. d'obj. dir. n'est pas exprimé] Cela réchauffe, un cœur qui vous donne tout (BOURGET, Drame, 1921, p. 97).
Réchauffer qqn de qqc. En vain Mathilde s'efforçait-elle de réchauffer son père d'une tendresse plus ardente (G. LEROUX, Parfum, 1908, p. 47).
Empl. pronom. réfl.
♦ [Le suj. désigne une pers. ou un de ses attributs] Trouver, retrouver, se procurer de la chaleur humaine, du réconfort. Je me sentais froid au cœur (...). Après tout, je ne les gênerais peut-être pas beaucoup, mes amis simples de là-bas, en allant un peu me réchauffer près d'eux (LOTI, Mon frère Yves, 1883, p. 96). Se réchauffer à qqc. Visions auxquelles son âme se réchauffait (BOURGET, Crime am., 1886, p. 103).
indir. [Le suj. désigne une pers.] Se réchauffer qqc. Redonner de la chaleur humaine, du réconfort à un de ses attributs. On venait se réchauffer le cœur près de lui (MARTIN DU G., Thib., Sorell., 1928, p. 1230).
b) En partic. Susciter l'enthousiasme (d'un ensemble de personnes). Tous ces moyens secondaires (...) qui contribuent à réchauffer une salle, à l'animer, à rompre la glace (REYBAUD, J. Paturot, 1842, p. 79).
3. Redonner vie à, ranimer (une faculté humaine, un fait intérieur, un sentiment). Réchauffer l'amitié, le zèle de qqn; réchauffer des souvenirs. Son amour réchauffa mon courage (BALZAC, Méd. camp., 1833, p. 203). Ces querelles n'étaient pas propres à réchauffer l'ardeur de cette affection déjà tiède qu'il me portait dans le passé (AYMÉ, Vaurien, 1931, p. 15). Empl. pronom. Reprendre vie. Sa tendresse semble s'être tout d'un coup réchauffée (SAINTE-BEUVE, Nouv. lundis, t. 3, 1862, p. 38).
4. Remettre au jour, en vogue quelque chose d'ancien, en particulier une œuvre intellectuelle, un courant d'idées en lui donnant souvent l'apparence du neuf. [Le jacobinisme] réchauffé par les romanciers révolutionnaires, a reparu en février (PROUDHON, Confess. révol., 1849, p. 76). L'âge de remaniement, d'ajustage, d'amplification verbeuse (...) où l'on ne fait que réchauffer les vieilles fables poétiques (RENAN, Avenir sc., 1890, p. 289).
5. Ranimer (une affaire fâcheuse). On crut expédient de réchauffer la vieille querelle de l'Essai (CHATEAUBR., Essai Révol., t. 1, 1797, p. XIX).
Prononc. et Orth.:[], (il) réchauffe [-]. Att. ds Ac. dep. 1740. Étymol. et Hist. 1. a) Ca 1170 « donner de la chaleur à (un être, une chose) » (MARIE DE FRANCE, Lais, éd. J. Rychner, Guigemar, 390); 1622 réchauffant (TABARIN, Fantaisies, IX ds Œuvres complètes, éd. G. Aventin, t. 2, p. 43); 1808 réchauffante « perruque » (HAUTEL); b) ) 1265 « chauffer (ce qui s'est refroidi) » (Ch. des comptes de Lille ds GDF. Compl.); 2e moit. du XIIIe s. réchauffé (RUTEBEUF, Dit de l'herberie ds Œuvres complètes, éd. E. Faral et J. Bastin, t. 2, p. 277); 1671 « qui a déjà été raconté, entendu, qui manque d'originalité » (Mme DE SÉVIGNÉ, Corresp., éd. R. Duchêne, t. 1, p. 400); av. 1755 subst. « chose vieille, trop connue, artificiellement rajeunie » (SAINT-SIMON, 383, 271 ds LITTRÉ); 1762 « nourriture réchauffée » (Ac.); ) 1378 pronom. « redonner de la chaleur à son corps » (E. DESCHAMPS, Œuvres, éd. G. Raynaud, t. 8, p. 34, 23); 1718 « devenir plus chaud (en parlant de l'air, de la température) » (Ac.); 2. 1579 fig. « ranimer (les esprits, les cœurs, les sentiments) » (LARIVEY, La Vefve, I, 1 ds Ancien théâtre fr., éd. Viollet-le-Duc, t. 5, p. 109); 1657 pronom. fig. « devenir plus ardent » (SCARRON, Le Roman comique, II, 17 ds LITTRÉ); 1840 réchauffant « qui redonne courage, confiance » (HUGO, Rayons et ombres, p. 1121); 3. 1701 hortic. (FUR., s.v. reschauffement). Dér. de échauffer; préf. re-. Fréq. abs. littér.:898. Fréq. rel. littér.:XIXe s.: a) 1 245, b) 1 540; XXe s.: a) 1 109, b) 1 263.
DÉR. 1. Réchauffage, subst. masc. Action de réchauffer (un objet, une substance); résultat de cette action. Réchauffage de l'air. Un réchauffage très poussé de l'eau d'alimentation (LE MASSON, Mar., 1951, p. 108). Métall. ,,Chauffage d'un métal n'atteignant pas la température d'une zone de transformation, suivi d'un refroidissement rapide ou lent, avec, pour seul but, la réduction des tensions internes et le dégazage des produits décapés à l'acide`` (BADER-TH. 1962). []. 1res attest. a) 1800 « vieux donné comme du neuf » (BOISTE), b) 1811 « plagiat » (WAILLY d'apr. ROBERT (G.)), c) 1842 « action de réchauffer » (Ac. Compl.); de réchauffer, suff. -age. 2. Réchauffeur, subst. masc., domaine techn. Appareil destiné à chauffer, à réchauffer, à maintenir chaude une substance, en particulier de l'eau. Les chaudières sont souvent pourvues de réchauffeurs destinés à élever la température de l'eau d'alimentation (SER, Phys. industr., 1890, p. 13). Empl. adj. Serpentin réchauffeur (BOULLANGER, Malt., brass., 1934, p. 240). Rare, domaine non techn. L'été réchauffeur des déserts (ROLLINAT, Névroses, 1883, p. 217). []. 1res attest. a) 1501 « réchaud » (Invent. de l'Hôtel-Dieu, Soc. d'Archéol. de Beaune, 1874, p. 163 ds GDF.), b) 1861 technol. (ARMENGAUD, Moteurs à vapeur, t. 2, pp. 129-130), c) 1862 « celui, ce qui réchauffe » (MICHELET, Hist. de France, t. 14, p. 307); de réchauffer, suff. -eur2. 3. Réchauffoir, subst. masc., vieilli. a) ,,Fourneau qui sert à réchauffer les plats qu'on apporte d'une cuisine éloignée`` (Ac. 1798-1878). b) Local où l'on peut réchauffer des plats avant de les y consommer. (Ds Lar. 20e et Lar. encyclop.). []. Att. ds Ac. 1740-1878. 1re attest. 1455 (Doc., Tournai ds GDF.); de réchauffer, suff. -oir.

rechauffer [ʀ(ə)ʃofe] v.
ÉTYM. XXe; sens 2, attesté v. 1190 sous la forme reschalfer (→ Réchauffer); de re-, et chauffer.
1 V. tr. Chauffer (qqch.) de nouveau. || Tu n'as pas chauffé le moteur assez longtemps : rechauffe-le !
2 V. intr. Devenir chaud de nouveau. || J'avais laissé refroidir l'appareil, mais maintenant il rechauffe.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • rechauffer — Rechauffer, Tantost retient l energie de la particule Re, dont il est composé, laquelle importe iteration, et signifie derechef chauffer, comme boüillon, pasté rechauffé, Recalfacere, Denuo calefacere. Tantost ladite particule Re, n effectue rien …   Thresor de la langue françoyse

  • réchauffer — (ré chô fé) v. a. 1°   Chauffer ce qui était refroidi. •   Et, sans considérer quel sera le loyer D une action de ce mérite, Il l étend [le serpent engourdi de froid] le long du foyer, Le réchauffe, le ressuscite, LA FONT. Fabl. VI, 13. •   On… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • réchauffer — vt. , chauffer à nouveau ; chauffer qc. de refroidi (un plat, un four) : réshaôdâ (Morzine), résheudâ (Albanais.001, Villards Thônes), résheûdâ (Bogève, Chambéry.025, Cordon), resheûdâ (Saxel.002), réshoodâ (Arvillard.228), resteudâ… …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • RÉCHAUFFER — v. a. Échauffer, chauffer ce qui était refroidi. Faites réchauffer ce potage, ce ragoût. Une mère qui réchauffe son enfant sur son sein. Prov. et fig., C est un serpent que j ai réchauffé dans mon sein, C est un ingrat qui tourne contre moi les… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • RÉCHAUFFER — v. tr. échauffer, chauffer ce qui était refroidi. Faire réchauffer un potage. Le temps se réchauffe. Fig., C’est un serpent que j’ai réchauffé dans mon sein se dit en parlant d’un Ingrat. RÉCHAUFFER s’emploie figurément. Ces bons procédés ont… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • réchauffer — (v. 1) Présent : réchauffe, réchauffes, réchauffe, réchauffons, réchauffez, réchauffent ; Futur : réchaufferai, réchaufferas, réchauffera, réchaufferons, réchaufferez, réchaufferont ; Passé : réchauffai, réchauffas, réchauffa, réchauffâmes,… …   French Morphology and Phonetics

  • réchauffer — …   Useful english dictionary

  • Réchauffer le cœur de quelqu'un — ● Réchauffer le cœur de quelqu un le réconforter …   Encyclopédie Universelle

  • réchauffer à résistance — varžinis kaitintuvas statusas T sritis automatika atitikmenys: angl. resistance type heater; resistive heater vok. Widerstandsheizer, m rus. резистивный нагреватель, m pranc. réchauffer à résistance, m …   Automatikos terminų žodynas

  • se réchauffer — ● se réchauffer verbe pronominal être réchauffé verbe passif Redonner de la chaleur à son corps : Courir pour se réchauffer. Devenir plus chaud : La mer va se réchauffer. Repasser au feu pour être consommé chaud, en parlant d un aliment qui a… …   Encyclopédie Universelle

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.